Select Page

COMMUNIQUE DE PRESSE DE LA DMK

relatif à l’arrestation de trois journalistes et un activiste au Togo, les 9, 10 et 11 décembre 2021
La DMK a appris la convocation à la Brigade de recherches et d’investigations (BRI) de la gendarmerie nationale : de Ferdinand M. AYITE, directeur de publication du bi-hebdomadaire L’Alternative, le 9 décembre 2021 ; puis de Isidore KOUWONOU, rédacteur en chef du même organe et Joël EGAH, directeur
de publication de Fraternité, le 10 décembre 2021. A la suite d’une procédure d’audition jugée irrégulière par leur avocat, ils sont présentés au juge d’instruction qui a retenu contre eux, les chefs d’accusation d’outrage et de propagation de propos mensongers. Le magistrat a placé les deux directeurs de publication sous mandat de dépôt et le rédacteur en chef sous contrôle judiciaire.

Par ailleurs, la DMK note que l’activiste togolais Fovi KATAKOU connu pour ses prises de positions et écrits sur les réseaux sociaux, est également arrêté le samedi 11 décembre 2021, à son domicile, dans des conditions inhumaines. Il est conduit au Service central de recherches et d’investigations criminelles (SCRIC) de la gendarmerie nationale. La DMK ne s’explique pas cette arrestation manu militari, alors qu’on aurait dû simplement le convoquer. Les chefs d’accusation qui seraient retenus contre lui sont : apologie de crimes et délits ; incitation à la révolte contre l’autorité de l’Etat.

La DMK dénonce avec vigueur ces arrestations de journalistes pour des opinions exprimées dans l’exercice de leur fonction, et d’un activiste tenace qui se bat courageusement pour l’alternance et la démocratie au Togo. Ces arrestations arbitraires viennent s’ajouter à celles : de manifestants à des marches pacifiques ; de chefs de parti politique ; de religieux ; d’activistes et de citoyens qui se sont exprimés sur des réseaux sociaux ; d’un artiste de la chanson, etc. Actuellement, une centaine de prisonniers politiques croupissent encore en prison et sept d’entre eux sont décédés.

Cet empressement du régime à embastiller tout auteur de pensées ou d’écrits critiques, traduit sa volonté de faire peur afin de museler la vérité pour se maintenir au pouvoir. Mais on ne peut contenir indéfiniment, ni enrayer par les intimidations et la terreur, l’aspiration légitime des Togolais à l’alternance et à une gouvernance démocratique.
La DMK exige en conséquence, la libération immédiate et sans condition de Ferdinand AYITE, Joël EGAH, et Fovi KATAKOU ; la levée du contrôle judiciaire de Isidore KOUWONOU et enfin l’arrêt du harcèlement judiciaire des opposants politiques et membres de la société civile.

Au moment où le Togo fait face aux mécontentements de la grande majorité de la population confrontée à des conditions de vie difficiles, auxquels s’ajoutent des défis sécuritaires sous-régionaux, la DMK invite les tenants du régime à prendre des décisions courageuses permettant aux acteurs politiques de trouver des solutions durables en réponse aux aspirations profondes des Togolais.

LIBERTE IMMEDIATE POUR TOUS LES DETENUS POLITIQUES.
Fait à Lomé le 12 décembre 2021.
La Coordinatrice générale
Kafui ADJAMAGBO JOHNSON

Le Mouvement Patriotes Togolais a pour but d’adopter une lumière aux populations qui détiennent les solutions que ce sont les populations elles-mêmes qui détiennent les solutions à leurs problèmes. C’est pourquoi, nous adoptons une démarche d’écoute et d’accompagnement des acteurs locaux.

Voter pour votre programme de Préférence
NB: Un seul vote est permi

View Results

Loading ... Loading ...