Select Page

Communication : est-il impoli de ne pas répondre à un SMS dès que possible ?

Vous avez envoyé un SMS, mais cela fait une heure et votre ami n’a toujours pas répondu à votre message. Pourquoi êtes-vous si en colère ?

Cela fait une heure, et votre téléphone n’a pas sonné comme vous l’attendiez.

Vous avez envoyé un SMS, en espérant une réponse rapide, mais vous attendez toujours. À chaque minute qui passe, vous êtes de plus en plus irrité et plein de ressentiment. C’est si difficile de prendre deux secondes et de dire que vous répondrez plus tard ? pensez-vous. Puis, plus vous attendez, plus vous commencez à vous inquiéter. Et si votre ami était fâché contre vous et que votre message n’était pas le bienvenu ? Et si vous aviez mal interprété votre relation avec lui ? Et s’il était blessé ?

Alors que certaines personnes se soucient peu de la rapidité de la réponse d’un ami, beaucoup de gens vivent des montagnes russes émotionnelles lorsqu’un message ne reçoit pas de réponse immédiate, qu’il s’agisse d’un texto direct ou d’un DM sur les réseaux sociaux. Cette réaction est due à l’effet de la “disponibilité numérique” 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, une attente socialement ancrée selon laquelle le destinataire est constamment présent et doit répondre immédiatement.

Pourquoi certaines personnes s’énervent-elles autant, surtout à une époque où beaucoup de gens font des cures de désintoxication numérique pour préserver leur santé mentale et où d’autres sont occupés à jongler avec les tâches de la vie quotidienne ?

Les gens communiquent toujours de différentes manières ; certains sont constamment attachés à leur téléphone, tandis que d’autres veulent s’en détacher pendant de longues périodes. Mais les tensions sur les temps de réponse peuvent aussi être dues aux normes sociales – ou à leur absence. Les nouveaux développements de la technologie numérique ont dépassé la formulation de nouveaux paradigmes de communication mutuellement acceptés, de sorte que lorsqu’un texte est envoyé, nous ne répondons pas tous selon les mêmes “règles”.

Un fardeau de 24 heures

L’essor des technologies de communication rapide a créé l’attente d’une disponibilité permanente. Et c’est bien le cas : les données d’une enquête réalisée en 2021 montrent que 30 % des Américains déclarent être “presque constamment” en ligne, surtout à l’ère de la pandémie.

“C’est une combinaison de l’omniprésence du mobile – la plupart des gens ont des téléphones mobiles [avec] toutes les plateformes de communication, et sont donc capables de réagir immédiatement – et du fait que les normes sont en train de changer”, explique Jeff Hancock, professeur de communication à l’université de Stanford et directeur de son Social Media Lab.

Il existe tout simplement plus de moyens que jamais d’entrer en contact avec les gens, et la pression pour répondre est de plus en plus normalisée, puisque ces plateformes de communication se trouvent dans nos poches, où que nous allions. Nous pouvons apparemment toujours répondre, donc nous “devons” le faire.

De plus, les applications et les plateformes de médias sociaux sur nos téléphones ont intégré la communication 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 dans notre vie quotidienne – ce qui est particulièrement vrai avec l’essor du travail à distance. La rapidité des réponses est devenue un paradigme sur le lieu de travail, car un retard dans la réponse au patron donne une mauvaise image de vous. Ainsi, qu’il s’agisse de répondre à des messages de travail sur Slack ou de poster une photo sur Instagram et de voir les likes affluer instantanément, “nous avons été conditionnés à des retours immédiats”, explique Michael Stefanone, professeur de communication à l’université de Buffalo (États-Unis), spécialisé dans les réseaux sociaux.

Un sentiment tenace

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles les expéditeurs de messages peuvent être facilement agacés lorsque leur téléphone ne répond pas rapidement. Nos téléphones nous donnent l’illusion de la proximité ; un ami sur un autre continent semble n’être qu’à un simple texto. Pourtant, les expéditeurs ne savent pas ce qui se passe avec la personne à l’autre bout de leur message.

Ainsi, lorsqu’un message reste sans réponse, “certaines personnes sont très contrariées, car elles projettent leurs propres angoisses” sur la situation, explique Mme Hancock.

“Si je t’envoie un texto et que j’attendais une réponse hier, et que tu ne réponds pas, je n’ai pas beaucoup d’informations – alors je fais appel à mon imagination. Par exemple, ‘peut-être qu’il est en colère contre moi’ ; ‘peut-être qu’il est mort’. Nous n’avons pas de contexte.”

Cela peut pousser l’anxiété de l’expéditeur à son paroxysme, en augmentant les sentiments d’amertume, en pensant que les destinataires ont de toute façon leur téléphone sur eux toute la journée – pourquoi ne peuvent-ils pas simplement répondre par un “occupé maintenant, à plus tard”, s’ils étaient heureux de voir votre nom apparaître sur leur écran ?

Ces sentiments négatifs peuvent s’amplifier lorsque l’on envoie quelque chose de léger, comme une blague ou un mème, qui peut “sembler être un acte minime” pour l’expéditeur, explique Coye Cheshire, professeur de psychologie sociale à l’université de Californie à Berkeley.

Il est facile de s’attendre à une réponse rapide à ces messages sans importance – un haha ou un simple emoji – puisque le destinataire n’a pas besoin de s’investir beaucoup dans la réponse.

Ce qui peut exacerber ces sentiments tenaces et inconfortables, c’est qu’il n’y a pas d’étiquette largement acceptée pour le comportement dans un monde de disponibilité numérique 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 ; nous n’avons pas de consensus universellement accepté sur le temps que les gens peuvent prendre pour répondre à un message avant que cela ne devienne “impoli”.

C’est parce que la technologie a “largement dépassé notre capacité à développer des normes et des attentes”, explique M. Cheshire.

Il ajoute que l’émergence de nouvelles formes d’interaction qui remplacent la communication verbale en face à face par des indices écrits non verbaux qu’il faut déchiffrer et contextualiser avec notre propre imagination peut ajouter à la confusion et à l’anxiété.

Ce phénomène, qui est apparu au cours des 25 dernières années avec l’essor de l’internet, n’a fait que s’aggraver avec l’essor des smartphones au cours de la dernière décennie.

Les “normes de notification”

Ces nouveaux défis peuvent aggraver les différences dans les habitudes de communication qui existent depuis longtemps entre les gens.

Par exemple, avant l’arrivée d’Internet, certaines personnes répondaient rapidement aux appels téléphoniques ou aux lettres, tandis que d’autres prenaient leur temps – des disparités qui pouvaient susciter une frustration similaire à celle que nous ressentons aujourd’hui face à une réponse tardive à un message.

Pourtant, certaines personnes s’énervent plus que d’autres. Pourquoi ?

Il est possible que certaines personnes, de par leur nature, s’attendent tout simplement à une réponse rapide. M. Hancock appelle cela des “différences individuelles dans le besoin de réponses aux communications”, certaines personnes souhaitant généralement des réponses plus rapides.

Il ajoute qu’il existe également des “différences situationnelles”, certains textes étant particulièrement importants pour l’expéditeur et suscitant un sentiment d’urgence.

Mais, selon M. Cheshire, la façon dont les gens réagissent aux réponses tardives pourrait une fois de plus renvoyer à ces divergences dans les normes sociales relatives à la communication moderne.

Dans de nombreux autres domaines de notre vie, nous avons des “normes de notification” clairement définies – qui vous décidez de dire quoi, et quand – qui sont considérées comme “correctes”.

Par exemple, lorsque vous partagez une grande nouvelle avec quelqu’un, des félicitations rapides sont généralement de mise ; une réponse tardive peut être considérée comme impolie.

Cependant, dans un monde numérique fonctionnant 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, tout le monde n’est pas forcément d’accord sur la personne à contacter, les raisons et la rapidité de la réponse.

Aucune de ces normes de notification n’est formalisée ou gravée dans le marbre. “Elles ne sont écrites nulle part”, précise M. Cheshire. “Pour les e-mails, vous ne vous connectez pas et les conditions de service sont les suivantes : “vous répondrez à tous les e-mails dans les 24 heures”.

Il est donc possible qu’une personne particulièrement irritée par une non-réponse projette ses propres normes ou règles sur les autres – et agisse même comme si ses normes étaient universelles – alors que le destinataire se gouverne différemment.

“Je pense que la projection est un facteur énorme dans ce cas, surtout parce qu’ils n’ont pas d’autre contexte sur lequel se baser”, explique Hancock. “Cela fait partie de cet effet de surattribution lorsque nous sommes en ligne – je ne sais pas ce qui se passe avec toi, alors je projette ce qui se passe avec moi sur toi et ta situation.”

Peut-on laisser tomber ?

En fin de compte, y a-t-il quelque chose que vous puissiez faire ? Peut-être que oui, peut-être que non.

Si vous vous énervez à cause d’une réponse lente, il peut être utile d’intérioriser la raison pour laquelle vous commencez à vous énerver, en vous rappelant que vous projetez votre propre situation et les angoisses qui en découlent sur le destinataire, alors que vous n’avez pas d’informations concrètes.

Et n’oubliez pas que les normes que vous fixez pour un temps de réponse “acceptable” sont les vôtres, et non un décret universel.

Quoi qu’il en soit, ressentir cette urgence – et les sentiments tenaces qui en découlent – est peut-être simplement la vie dans le monde connecté 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.

Cela peut notamment s’expliquer par le fait que les normes sociales qui mettent tout le monde sur la même longueur d’onde en matière de communication restent une cible mouvante, selon Cheshire.

Mais le fait que les gens parlent davantage de ces sentiments pourrait contribuer à faire bouger les choses ; les normes, ajoute Cheshire, proviennent de “discussions ouvertes”.

C’est particulièrement le cas aujourd’hui, dit-il, et les gens parlent davantage de ce que devraient être les paradigmes.

Donc, si vous avez un ami dont les habitudes de communication vous rendent fou – que ce soit en tant qu’expéditeur ou destinataire – peut-être qu’une discussion honnête s’impose.

En attendant, si votre sang bouillonne la prochaine fois que quelqu’un laisse votre message sans réponse, la meilleure solution est peut-être de poser le téléphone pendant un moment – être connecté 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 est déjà assez stressant.

  • Bryan Lufkin
  • BBC Worklife

9 février 2022

 

Le Mouvement Patriotes Togolais a pour but d’adopter une lumière aux populations qui détiennent les solutions que ce sont les populations elles-mêmes qui détiennent les solutions à leurs problèmes. C’est pourquoi, nous adoptons une démarche d’écoute et d’accompagnement des acteurs locaux.

Voter pour votre programme de Préférence
NB: Un seul vote est permi

View Results

Loading ... Loading ...